Des alliances citoyennes se développent en France…

« Démocratie », un mot galvaudé ? L’empowerment, le renforcement des capacités d’agir des citoyens et la « démocratie participative » sont souvent présentés comme des solutions à la crise de la représentation politique en France et dans le monde.
Comment s’organiser pour peser sur les décisions ? Comment être à la fois critique et efficace ? Être
représentatif sans être élu ? Être en conflit et coopérer ? Avoir du pouvoir sans le capter ?
L’Alliance Citoyenne de Grenoble a pour objectif de construire une alliance qui rassemble des individus, associations culturelles, collectifs d’habitants, organisations cultuelles, syndicats… et qui est capable d’obtenir des améliorations concrètes de la part des responsables des institutions locales, publiques et privées.
L’Alliance Citoyenne soutient l’idée de la démocratie d’interpellation comme l’une des composantes essentielles de la démocratie. Là où la démocratie représentative, la démocratie participative et la vie associative sont largement reconnues et financées par l’État (même si la vie associative connaît des difficultés), la démocratie d’interpellation favorisant l’initiative citoyenne a du chemin à parcourir pour faire sa place.
L’objectif est de construire des relations, mutualiser les forces et les compétences entre des personnes, des associations et des communautés prêtes à s’allier sur des campagnes citoyennes communes. Cela permet ainsi de dépasser les fossés culturels, religieux ou générationnels qui trop souvent divisent. Elle permet la rencontre entre des communautés qui ont peu l’habitude de travailler ensemble.
L’Alliance travaille au maintien de la diversité de ses membres afin de pouvoir établir des diagnostics par delà les intérêts personnels eAgir_en_d__mocra_55351e9a374a3t mener des campagnes visant la construction du bien commun.
L’Alliance Citoyenne adopte une vision pragmatique qui distingue le monde « tel qu’il est » (discrimination, inégalité) du monde « tel qu’il devrait être » (respect, amour, égalité). Agir dans le premier c’est ouvrir la possibilité à tous les citoyens de construire le second à partir des problèmes vécus et grâce à des méthodes concrètes pour les faire entendre.

A l’heure où la question du vote obligatoire est débattue entre les partis politiques, Hélène Balazard rappelle qu’il existe d’autres moyens concrets pour agir en citoyen. Loin des sentiers battus, elle questionne la responsabilité de l’individu au sein d’un groupe solidaire, dès lors que le pouvoir est réparti et qu’on lui en donne l’occasion. Peut- on, dès à présent, agir pour améliorer l’organisation de la vie en société ?