Juin 2017

Le thème du jour : L’accueil de jour des personnes en grande difficulté, à partir de l’expérience du collectif 31

Michel Jacob a présenté l’expérience conduite depuis près de 10 ans sur Annonay.
L’accueil de jour lieu d’accueil inconditionnel et d’orientation est un outil de base au service des plus précaires.
Grâce à une définition assez large, il permet de répondre à des besoins allant de la mise à l’abri, notamment en hiver, à des prestations matérielles, d’alimentation, d’hygiène et de santé.
Le Collectif 31 crée à Annonay fin 2008 par un collectif d’associations (Restos du Cœur, Secours Populaire, Secours Catholique, Cimade et Croix Rouge), désireuses de répondre à un besoin de plus en plus pressant sur le bassin de vie a défini dès le départ un projet associatif et l’a mis progressivement en pratique.
On y trouve des bénévoles consacrés à l’accueil, la gouvernance et à l’apport de compétences (à l’appui d’une charte du bénévolat), des éducateurs, travailleurs sociaux, et une intéressante analyse des pratiques professionnelles. Une gamme d’activités régulières (cuisine, jardinage, peinture…), mais aussi sorties pêche et l’amorce d’une activité culture.
Le lecteur trouvera  sur ce lien le support de diapositives qui a accompagné son exposé

Eléments de discussion

Un terrain difficile, où les institutions se renvoient facilement la balle…et où l’Etat se désengage
Des citoyens méfiants sur le terrain qu’il devient possible d’apprivoiser en montrant la robustesse du projet, des actions conduites
Un axe majeur : le logement, la domiciliation, clé de voûte de la capacité de réinsertion des individus
L’autonomisation progressive dans le cadre d’un hôtel social
La capacité d’initiative des bénéficiaires limitée, difficile à construire, vite conflictuelle
Personne n’est mis à la porte sans solution

Une nouvelle envie d’agir : une structure d’accompagnement à l’autonomie (C. Gaudry)

Christian nous soumet un projet qu’il souhaite développer avec le soutien d’Agir Café et de partenaires à mobiliser (voir note jointe)
Catherine Imhoff et Michel Blondel se proposent d’approfondir les conditions de cette coopération.