Décembre 2016

Habiter ensemble : quels liens, quels lieux ?

Nous étions 35 participants, candidats, curieux et accompagnateurs d’expériences diverses, réunis pour évoquer les nombreuses questions soulevées par les différentes formes d’habitat partagé.

En annexe, la liste des personnes qui ont bien voulu communiquer leurs coordonnées

Des motivations fortes

Du tour de table se sont dégagées des aspirations à une forme de « vivre ensemble » différente de ce que le marché de l’habitat propose aujourd’hui. Ont été évoqués, sous des formats et des degrés divers :

  • La crainte de la solitude
  • La volonté de coopérer, un projet social
  • Une approche plus économique et non spéculative de l’habitat
  • La solidarité entre les membres
  • Le risque de poids de notre vieillesse sur nos enfants
  • Une approche spirituelle
  • Un habitat plus écologique
  • La mixité sociale, intergénérationnelle
  • L’ouverture vers l’extérieur, mais aussi des espaces privatifs
  • La prise en charge de la vieillesse, jusqu’à la dépendance
  • L’envie d’un carré de verdure
  • L’urgence

Des expériences diverses

Plusieurs participants ont vécu des expériences précédentes avortées, notamment

  • Coop en germe à Saint Germain au mont d’or : un projet non abouti pour des raisons d’alternance politique
  • Maison des soins palliatifs : échec face aux difficultés institutionnelles
  • Lamelo… ?
  • Habitat fraternel (http://habitatfraternel.wix.com/2015): groupe en difficulté

Des expériences en cours d’émergence ont été mentionnées

  • Apps’solu : coopérative d’habitat senior solidaire en milieu urbain (appssolu@gmail.com)
  • Mon beau projet : un groupe en cours de structuration
  • Habitat solidaire : idem

Des propositions de terrain en milieu rural ?

  • Une ouverture possible à Chatillon sur Chalaronne, sur proposition de Louis Mazuir, pour un projet « pour des gens qui feraient pousser ce qu’ils mangent »
  • Une possibilité en cours de gestation à partir d’un terrain à acquérir à Orliénas, à proximité du projet d’école « petites bulles » accompagné par Agircafé

Deux projets en voie d’aboutissemen

  • Chamarel à Vaulx en Velin : une coopérative d’habitat en autopromotion dans un immeuble écologique de 16 logements à livrer en 2018, pour un projet porté depuis 8 ans par un groupe doté d’une charte et d’une discipline collective volontariste. (cf article du Progrès du 20 Novembre 2016)
  • Abricoop cartoucherie à Toulouse (lajeunepousse.org) : un projet d’inspiration education populaire, pour un ensemble de 3 immeubles modulaires (avec espace commun de 50 m2 et chambres d’amis)pour 17 foyers avec l’appui d’un bailleur social. Un gros travail de conception avec des commissions (technique/juridique/intégration quartier/communication) pour une livraison fin 2017.

Deux réalisations vivantes

  • Un « vieux » projet : la Salière à Grenoble, une copropriété vivante de 5 foyers depuis plus de 5 ans (http://www.caue-isere.org)
  • La Chaudanne à Grézieu la Varenne : un habitat participatif qui a fait place à un bailleur social et à des privés

Plusieurs questions communes

La temporalité des projets

Quelle que soit la formule retenue, la conception, la réalisation d’un habitat collectif est longue. Dans le cas d’un projet collectif porté par ses membres s’ajoutent de longs temps de concertation, de palabre nécessaire à la constitution d’un groupe, de mobilisation des ressources nécessaires.

 

Laquestion du temps se pose dans la synchronisation des envies et des besoins : plusieurs niveaux de temporalité sont à composer aux niveaux :

  • Personnel
  • Dans le cas de couples
  • Dans le groupe
  • Dans les exigences de développement du projet
  • Dans le contexte démocratique des alternances électorales

Les expériences mentionnées ont connu des maturations de 7 ou 8 ans…Pour les personnes âgées, une forme d’urgence pousse à rechercher des solutions plus orientées « clés en mains », ce que propose le format Apps’solu.

La question de l’accompagnement

Les compétences requises sont nombreuses, les groupes peuvent s’épuiser à les rassembler. « La marche est haute », mais n’est-ce pas aussi la construction de la marche qui fait vivre ?

Habicoop, Habitat et partage, Apps’solu, apportent à des candidats un soutien depuis la définition du projet jusqu’à la recherche d’opérations et à l’accompagnement de leur montage.

Des outils de mise en relation sont proposés :

– par Habicoop qui souhaite créer une base de données des projets sur financement de l’Etat

– par Habitat et partage (Benjamin Pont http://habitatetpartage.fr) avec une mise en lien des profils des candidats à un habitat partagé et des commune d’accueil potentiel

 

D’autres initiatives de mise en réseau seront portées très prochainement par Oasis en tous lieux, émanation du mouvement des colibris.

La question économique

Les membres d’un collectif n’ont pas les mêmes ressources, notamment dans leur répartition entre patrimoine et revenus. On peut adapter les financements à chaque situation personnelle.

C’est un problème auquel s’attellent certains bailleurs sociaux, mais c’est aussi une question d’équilibre du financement dans le modèle coopératif. Apps ‘solu, par exemple, propose de moduler l’achat de parts de la coopérative d’habitat et les redevances en fonction des capacités contributives des coopérateurs.

Des garanties peuvent être fournies par les collectivités locales dans le cas d’une création de coopérative où l’emprunt peut porter sur 40 ans.

Des solutions hybrides sont recherchés dans certaines collectivités, et le marché privé ne manque pas de surfer sur la vague en proposant au prix fort des espaces partagés…

Se pose ici aussi la question de la gouvernance de l’habitat partagé, quelle qu’en soit le format.

Quelles suites ?

 La première vertu de cette réunion est de permettre des rencontres et des échanges, que chacun peut poursuivre à sa guise.

Si une demande émerge de poursuivre un partage plus affiné des questions posées, il n’est pas exclu de le faire dans le cadre d’un prochain agircafé (les premiers mercredis du mois)

Si les uns et les autres prenez d’autres initiatives, disposez d’informations partageables, il serait sans doute vertueux de les partager…ce qui nous conduira à évoquer ici encore la mise en réseau des initiatives. Voire de nous revoir pour aller plus loin ?

De même la mise en commun de fiches descriptives des réseaux d’accompagnateurs potentiels serait bienvenue

 

A suivre…

Publicités