Juillet 2013

Présentation d’initiatives

  • Stéphanie Marty-Jourjon monte un projet de Pôle de ressources pédagogiques et de création d’Ecole nouvelle dans les Monts du Lyonnais (avec l’association « Graines d’écoles »)
  • Jean-Yves Royer participe à des activités autour des « biens communs numériques – logiciels libres » (avec l’association « Copie libre ») : conférences, ateliers, manifestations

La réunion se déroule en 3 temps : débat à partir des projets accompagnés, débat sur les enseignements à tirer et les évolutions à donner à l’activité, enfin un tour de table final et l’engagement de la prochaine année de travail.

Débat à l’issue de la présentation des projets en cours et apport d’Agir Café

  • Peut-on sortir de ces projets assez individuels pour aller vers des projets plus collectifs ?
  • Peut-on surmonter les blocages constatés ou potentiels en jouant sur d’autres leviers, plus institutionnels, ou en s’appuyant sur des groupes de pression ?
  • Ces projets sont liés à des débats citoyens, mais ne les alimentent pas et ne mobilisent pas les usagers : peut-on aller dans le sens du débat et de la mobilisation citoyenne ?
  • Ces projets sont souvent des « moutons à 5 pattes » dont l’accompagnement n’est pas simple
  • Restreindre nos interventions aux champs que nous maitrisons le mieux ?
  • Il serait intéressant de vendre notre technicité à des institutions ou réseaux extérieurs qui pourraient démultiplier ces initiatives
  • Les projets doivent être mieux argumentés vis-à-vis des institutions ou « clients » qu’ils visent
  • Les projets ciblent trop les institutions publiques, il faut plus mobiliser les acteurs économiques privés
  • Il faut garder notre spécificité, en allant plus en amont sur les « idées » de projets
  • Pour mobiliser plus largement, il peut être intéressant de mobiliser les réseaux voisins, voire de s’y « loger » (Colibris par exemple)
  • Se positionner plus sur les projets innovants
  • Ne faut-il pas aller chercher des projets dans le champ du travail et des entreprises, syndicats ?
  • Nous pouvons aussi avoir pour rôle d’aider à l’abandon de projets

Débat et conclusions sur les orientations à prendre pour la prochaine année

Les orientations suivantes sont retenues pour l’année prochaine, en ce qui concerne les projets et leur accompagnement d’une part, l’organisation et l’activité globale du groupe d’autre part.

Les projets et leur accompagnement

  • Maintenir le type d’accompagnement réalisé aujourd’hui, mais en allant chercher les projets plus en amont (idées) si possible
  • Intensifier qualitativement cet accompagnement, en s’impliquant plus dans les projets et en n’hésitant pas à les revisiter en cas de blocage (nota : ceci s’appliquerait au projet Soins Palliatifs en particulier) ; et en mobilisant plus les acteurs privés
  • S’interroger sur les avantages et les inconvénients de la communication des projets en cours

L’organisation et l’inscription dans des réseaux et des débats citoyens

  • Démultiplier l’impact et la capacité de conviction des projets en mobilisant autour des associations, réseaux, groupes,…concernés par le sujet, afin de relier mieux les projets aux usagers et besoins auxquels ils répondent
  • Pour cela, rencontrer les réseaux voisins pour voir comment faire synergie avec eux, jouer l’amplification des projets et des débats, l’influence sur les décideurs ; créer des groupes de pression (organiser des lobbies civiques)
  • Utiliser également des réseaux ou institutions (ex : centres sociaux, politique de la ville) pour mettre notre « ingénierie » à leur service, leur permettant de se saisir de celle-ci au service de leurs « usagers »
  • Se donner de la visibilité à travers un blog
  • Le projet d’installer une « Plateforme numérique de projets »
  • Une fois par trimestre, les réunions d’Agir Café aborderaient également les débats de fond
  • Un étudiant sociologue sera mobilisé dans le cadre de Lyon II pour suivre le travail du Collectif et porter un regard extérieur sur celui-ci

Tour de table final

Plusieurs réactions à chaud, en particulier des « nouveaux venus », concluent cette réunion :

  • Un lien insuffisant avec l’empowerment ?
  • Le besoin d’une action plus militante ?
  • L’engagement du collectif dans le portage plus direct des projets
  • Le danger du « soft consulting » ?
  • La nécessité de se détacher des problématiques institutionnelles

Mais aussi l’intérêt de certains d’avoir découvert un groupe centré sur l’action.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s