Transition énergétique et projets citoyens

Quels sont ces projets visant à produire une énergie renouvelable qui se revendiquent d’une approche citoyenne ? Leur but est de participer à la transition énergétique en produisant une énergie ne provenant ni des énergies fossiles, ni du nucléaire. Les énergies mobilisées pour réussir cette transition énergétique étant principalement la biomasse, le vent et le soleil, elles sont naturellement renouvelées et non porteuses de dangers.

Beaucoup d’associations ont été créées depuis le début des années 2000 pour lancer des projets relevant de la transition. Deux raisons motivent ce développement :

  • D’une part le constat que les pouvoirs publics et les industriels lancent trop peu de projets
  • D’autre part le fait que les citoyens d’un territoire sont souvent les mieux placés pour inventer, lancer, gouverner de tels projets : connaissance du territoire, légitimité pour participer aux études nécessaires, intérêt pour les retombées locales en termes d’emploi, d’image et de finances

Bien loin de vouloir donner des leçons en chambre ou de recréer une politique bornée, car l’énergie produite est bien destinée à alimenter le réseau national, voire européen, un tel positionnement marque un intérêt renouvelé pour le « global » à condition qu’il soit ancré dans le « local ».

Les citoyens qui s’engagent dans une telle approche ont un projet de transition et pas uniquement de production. Ils sont partie prenante d’une démarche de sobriété et d’efficacité, intégrée nativement dans l’idée de transition énergétique : on ne remplace pas le pétrole par le vent et le nucléaire par le soleil, on produit des énergies renouvelables gérées sur un mode responsable, avec sobriété et efficacité, le but n’étant pas de couvrir le pays d’éoliennes et de panneaux solaires.

Ces projets comptent parmi les plus beaux exemples du champ (du chant ?) du possible quand les citoyens se mêlent de ce qui les regarde, à savoir l’avenir énergétique de leur pays. Ces réalisations citoyennes sont porteuses d’une nouvelle idée de la démocratie : un fonctionnement renouvelé faisant une place à toutes et tous, le souci de transparence, de recherche de consensus, de rejet de toute forme de pouvoir personnel

Alors que le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) précise que les efforts doivent avoir abouti avant 2050, sous peine de voir le dérèglement climatique s’emballer, la conduite des projets citoyens demande beaucoup de travail, et de temps : 13 ans pour les Ailes de Taillard !
La durée des projets est donc une excellente raison pour que ceux-ci soient lancés sans attendre !

J.P. Reinmann

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s